Les robots peuvent-ils nous libérer de l’esclavage ?

Essayons d’imaginer ensemble un monde sans travail… Un monde où il n’y aurait aucun déplacement ni voyage lié à l’emploi… Imaginez cela ! Imaginez ne pas avoir à vous réveiller tôt le matin pour quitter votre maison et vous rendre à votre travail pendant 8, 9 ou 10 heures, voire plus ou moins. Imaginez un monde où les robots dotés d’intelligence artificielle seraient responsables de toutes les tâches et les accompliraient automatiquement.

Bienvenue dans le club royal de l’automatisation totale, intégrale et transcontinentale !

Grâce à l’automatisation et à ses bons résultats, les gens, vous, moi et les autres, pourront se consacrer pleinement à la vie. Nous la vivrons pleinement, avec moins d’heures de travail et plus de temps libre pour diverses activités de loisirs : se détendre, jouer, partir en longues vacances avec des amis ou en famille… Nous accumulerons ainsi un énorme capital-temps dans notre banque personnelle.

Certains pensent que tout cela relève de l’imagination et que ce que j’affirme n’est qu’une prétention… Je fais partie d’un petit groupe de milliers de chercheurs passionnés qui abordent ce sujet dans le monde entier.

Je n’exagère pas… Les robots qui remplacent la plupart des tâches humaines permettent aux êtres humains de se reposer, voire les poussent à faire face à l’inaction et au chômage… Cette nouvelle réalité est tout à fait possible avec la révolution industrielle de la quatrième génération.

Cependant, avant d’atteindre ce « paradis promis », il y a un long chemin de souffrance, de lutte et de questions brûlantes posées par nos ancêtres humains depuis des centaines, voire des milliers d’années, sur la valeur de leur travail et les efforts qu’ils déploient chaque jour dans les champs, les fermes et les usines…

Est-il utile de réaliser toutes ces tâches pénibles ? Existe-t-il des alternatives technologiques susceptibles de nous aider à économiser tous ces efforts considérables ? Les nouvelles professions et emplois créés par la révolution industrielle de la quatrième génération sont si nombreux qu’il est impossible de les compter. Grâce à l’intelligence artificielle, il est très probable que plus de 50 % de ces tâches humaines puissent être compensées par des robots capables d’accomplir les mêmes tâches routinières que les humains, voire mieux, et ce jusqu’en 2050.

Revenons en arrière d’au moins six ans…

En 2017, un groupe de chercheurs de l’Université d’Oxford a publié une étude sur l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle. Ce qui nous intéresse dans cette étude, ce sont les résultats obtenus, selon lesquels il est probable que l’intelligence artificielle dépasse l’intelligence humaine dans tous les domaines de plus de 50 % au cours des 45 prochaines années. Cette même étude conclut que les robots supprimeront environ 85 millions d’emplois dans les entreprises de taille moyenne et grande au cours des six prochaines années.

De nombreuses questions éthiques se posent quant à l’idée de se passer totalement des humains dans le travail. Est-il possible que les robots remplacent techniquement les humains dans l’accomplissement des tâches ? C’est très probable, et nous en avons même été témoins ces derniers jours. Cependant, les chercheurs en sciences humaines soulignent que les robots ne sont pas capables d’éprouver des émotions, d’avoir une âme ou une conscience semblables à celles des humains. Ils peuvent accomplir des tâches techniques, mais des doutes subsistent quant à leur volonté autonome, leur conscience et leurs motivations éthiques. Les robots possèdent-ils une éthique similaire à celle des humains ?

De nombreuses questions éthiques et philosophiques se posent à ce niveau. Est-il possible de se passer totalement des humains dans le travail, et peut-on compenser une partie du travail humain par des robots ? Les avancées technologiques en matière d’automatisation, d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique sont très bénéfiques aux entreprises dans le monde entier, leur permettant de remplacer en grande partie les êtres humains par des robots.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ces robots commettent moins d’erreurs, n’ont pas besoin de repos ni de congés, et peuvent même répondre à des normes de qualité requises ou supérieures à celles produites par les humains. Les robots peuvent travailler 24 heures sur 24 sans s’arrêter, sans avoir besoin de vacances, de promotions ou d’augmentations de salaire… Ils sont conçus pour travailler sans relâche, sans ennui ni lassitude. Cependant, contrairement aux robots, les êtres humains se fatiguent et ont besoin de repos de temps en temps.

Les êtres humains travaillent, mais ils demandent des augmentations de salaire, recherchent également des avantages et des récompenses, peuvent faire grève pour améliorer leurs conditions de travail et refuser de travailler, contrairement aux robots…

Imaginez une grève menée par des robots qui crient à tue-tête : « Nous ne travaillerons pas ! » Les robots brandissent de grandes pancartes sur lesquelles est écrit en gros caractères : « Ça suffit ! Nous ne travaillerons pas ! »

En conclusion, il n’y a pas de conflit entre les humains et les robots, comme le suggèrent certaines théories du complot prétendant que les machines supprimeront le travail humain. En tant qu’expert en communication et en intelligence artificielle, je crois en la complémentarité et la collaboration entre les humains et les robots. Je crois également que cette union contribuera à l’épanouissement de l’humanité et ouvrira des perspectives prometteuses dans le travail, la production et l’intelligence collective, des perspectives que nous n’aurions même pas pu imaginer auparavant.

Laisser un commentaire